2

U koos er voor om geen toegang te geven.

Geef alsnog uw toestemming

of keer terug naar de pagina

.

Er liep iets mis tijdens het aanmelden.

Probeer het opnieuw
of keer terug naar de pagina.

Log in

Éduquer dans la sérénité : être un parent-qui-fait-de-son-mieux

Les publicités nous montrent, à longueur de temps, des parents parfaits. Avec leurs deux enfants, un garçon et une fille évidemment, ils traversent la vie dans une relation harmonieuse. Les enfants sont toujours obéissants, les parents sont toujours là pour leurs enfants et sont en même temps des collègues et amis idéaux. Alors que tout le monde sait que la perfection n’existe pas. Et certainement pas dans l’éducation.

« C’est chaud ! »

Est-ce aussi la réponse standard que vous donnez à la personne qui vous demande comment ça va ? 
Il semble bien que ce soit devenu la norme : si ce n’est pas « chaud », si vous n’avez pas la pression, c’est que vous n’êtes pas bien occupé.
Avoir la pression va cependant aussi de pair avec mettre la pression sur vous-même et sur les membres de votre famille, sur la relation avec votre partenaire et avec vos enfants.

Les parents parfaits sont un mythe

La plupart des livres et des sites internet traitant d’éducation débordent de conseils qui vous font croire qu’à chaque question éducative correspond une solution toute prête. Rien n’est moins vrai. Éduquer implique toujours de tomber et se relever, de rechercher l’approche la plus adaptée à votre enfant et à votre famille. Être un parent parfait constitue un mythe. Cela rassure de savoir que faire de son mieux peut suffire. Un parent-qui-fait-de-son-mieux respire de temps en temps profondément et vit dans le présent. Accordez une attention totale à ce que vous êtes en train de faire. Jetez un coup d’œil vers les jeunes enfants : ils s’émerveillent en permanence, accordent leur attention à toutes les petites choses et rient sans scrupule.

Si vous êtes bien dans votre peau en tant que parent, vous serez automatiquement plus sûr de vous. Posez-vous la question de ce qui vous rend heureux, sans tenir compte des attentes du monde extérieur.

Dépensez-vous beaucoup d’énergie dans un travail exigeant ? Super ! Peut-être devriez-vous rechercher des solutions pour vous simplifier le ménage. Êtes-vous vraiment obligé de cuisiner vous-même chaque soir ? Opter de temps en temps pour un repas tout prêt n’est pas une catastrophe. Vous pouvez discuter avec votre partenaire de la répartition des tâches. Saviez-vous que les enfants se mettent plus vite à jouer lorsqu’ils peuvent continuer la construction réalisée lors d’un jeu précédent ? Donc, au lieu de vite ranger tous les Lego, effectuez un rangement minimum et continuez la construction le lendemain.

Passer un moment de qualité avec votre famille semble être la meilleure des choses. Les enfants profitent pleinement de ces moments où vous leur accordez toute votre attention en tant que parent, et c’est gai de partir en excursion avec toute la famille. Les enfants profitent aussi d’autres moments familiaux, où chacun est physiquement proche de l’autre mais pas forcément occupé à la même chose. Les plus jeunes enfants s’amusent dans le jardin, les plus âgés effectuent leurs devoirs, votre partenaire fait la vaisselle et vous-même feuilletez un magazine : prendre conscience que vos enfants apprennent à être indépendants pendant ces moments et à résoudre eux-mêmes de petites querelles est un grand pas pour devenir un parent-qui-fait-de-son-mieux.

Qu’est-ce qui vous rend heureux(-se) ?

Prendre soin de soi est différent pour chacun. Planifiez un moment pour vous-même dans votre agenda. Et maintenez-le. Qu’il s’agisse d’une promenade, d’une visite familiale ou de regarder un film, toutes ces choses vous donnent de l’énergie et vous permettent de vous évader un moment de votre rôle de parent.

Le proverbe d’origine africaine « It takes a village to raise a child » (« il faut tout un village pour élever un enfant ») est un plaidoyer pour l’importance des liens sociaux et un encouragement à investir dans un réseau autour de votre famille. Vous n’êtes pas seul(e) ! Le personnel d’accueil de la petite enfance et d’accueil extrascolaire participe à votre réflexion sur l’éducation et veille à procurer un environnement agréable à votre enfant : cet environnement va lui permettre d’apprendre à fréquenter d’autres enfants, à tenir compte de chacun et aussi à réaliser que l’approche éducative de la maison et celle du milieu d’accueil peuvent être différentes.

Le développement rapide des réseaux sociaux a considérablement transformé notre vie. Nous sommes joignables en permanence, ou bien nous avons le sentiment que cela doit être ainsi. La technologie moderne a aussi une influence sur votre rôle en tant qu’employé. Le fait de parcourir en vitesse vos mails chaque soir et d’y répondre vous empêche d’accorder une attention totale aux membres de votre famille. C’est bien aussi de déconnecter de temps en temps. Posez-vous la question de savoir si les questions auxquelles vous répondez sont si urgentes. La plupart du temps, vous allez remarquer que cela peut attendre le lendemain. Prenez également conscience que la plupart des gens ne postent que leurs moments heureux et positifs. Cela donne l’impression que tout est toujours mieux, plus chouette et sans souci dans les autres familles. Derrière cette façade, il y a certainement autant de soucis et de questions que chez vous.

Parfois, d’autres préoccupations peuvent faire obstacle à l’éducation. Dans ce cas, il est bon de savoir vers qui se tourner. La famille, un(e) ami(e) ou un professionnel peut prêter une oreille attentive. L’un n’exclut pas l’autre. Souvent, la réponse juste n’existe pas et de telles discussions peuvent vous aider à modeler votre propre approche.
Respirer profondément est aussi une manière de garder le contrôle sur les situations difficiles. On a souvent tendance à réagir de manière émotive à un conflit avec son (sa) partenaire concernant l’éducation, ou à s’emporter contre l’enfant s’il fait quelque chose qui va à l’encontre des accords conclus. En respirant profondément, vous créez un mini temps de repos suite auquel vous réagissez de manière plus consciente. Vous pouvez choisir de nier le comportement ennuyeux, ainsi la situation ne dégénère pas en un face à face de deux personnes qui crient l’une sur l’autre. Plus tard, vous pouvez alors mener une discussion plus détendue sur les attentes et les accords entre vous. Gageons que ce sera plus efficace qu’une réaction émotionnelle rapide.

Enfin, relativiser et faire de l’humour sont des attitudes importantes pour le parent-qui-fait-de-son-mieux. Prenez conscience que beaucoup de choses qui vous énervent font partie du développement normal d’un enfant. Même les enfants qui mangent très peu de légumes sont souvent en pleine forme. Et ce n’est pas parce que votre enfant est désordonné qu’il sera un adulte désorganisé. Cela ne veut pas dire que vous devez tout laisser faire mais cela doit vous réconforter. Choose your battles. (Choisissez vos combats.) N’entrez pas systématiquement en discussion avec votre enfant pour la moindre broutille.