2

U koos er voor om geen toegang te geven.

Geef alsnog uw toestemming

of keer terug naar de pagina

.

Er liep iets mis tijdens het aanmelden.

Probeer het opnieuw
of keer terug naar de pagina.

Log in

Conseil n° 9 : Votre enfant mange mal ?

Comment réagir lorsque votre enfant a soudain moins d’appétit ou n’aime plus certains plats ? En tant que parent, vous êtes évidemment inquiet pour sa santé et sa croissance. Alors que faire pour qu’il mange mieux ?

Est-ce dû à l’âge ?

Ce genre de comportement est souvent lié à l’âge. En effet, lorsqu’il découvre qu’il est une personne à part entière, l’enfant se rend compte qu’il peut agir sur son entourage en se comportant de telle ou telle manière. Ainsi, en refusant de manger ou en n’aimant rien, il déclenche une réaction. Et avec l’alimentation, il peut donner des cheveux blancs à ses parents. En effet, préoccupés par sa santé, nous voulons que notre enfant mange suffisamment. Mais ce n’est pas uniquement une question d’âge. Parfois, il y a d’autres raisons qui expliquent cette attitude, notamment des changements au sein de la famille ou de l’environnement (arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur, déménagement, divorce…). Voyez si votre enfant se comporte de la même manière partout. Est-ce qu’il mange peu également à la crèche ou à l’école ? Et chez les grands-parents ?

Comment réagir ?

Le mieux est probablement de ne pas y accorder trop d’attention. La quantité de nourriture absorbée par votre enfant ne constitue qu’une facette du repas. L’ambiance à table est bien plus importante. Si elle est agréable, il aura envie d’être là. Lorsqu’on se focalise sur un refus de manger, le repas prend des allures de combat. En revanche, n’hésitez pas à féliciter votre enfant lorsqu’il mange bien. Le fait de nier son comportement risque d’aggraver les choses provisoirement, mais il faut faire preuve de persévérance. Une division claire de la journée, avec des heures de repas plus ou moins fixes, peut également aider. Et bien sûr, évitez de remplacer les repas par des encas. Les enfants sont parfaitement capables d’évaluer la quantité de nourriture dont ils ont besoin et c’est souvent beaucoup moins que ce que pensent les adultes. C’est vous qui décidez de ce qui est servi à table, mais c’est votre enfant qui détermine la quantité qu’il mange. Vous pouvez commencer par une petite assiette. Il pourra toujours en redemander par la suite. Faites bloc avec votre partenaire. Établissez une stratégie et essayez de vous y tenir tous les deux. Ainsi, les choses seront claires pour votre enfant. 

Découvrir de nouveaux aliments

Les nouveaux aliments peuvent également donner du fil à retordre. Faites-les gouter à votre enfant en petite quantité. Le simple fait qu’il les garde en bouche quelques instants mérite des félicitations. Cela lui permet de découvrir différentes structures d’aliment et de s’habituer progressivement à de nouvelles saveurs. Vous pouvez aussi lui dire les choses clairement : vous savez que certains aliments sont meilleurs, mais vous avez quand même envie qu’il goute ceux-là et, de toute façon, il n’aura rien d’autre. Ainsi, vous faites preuve de compréhension face à ce qu’il ressent, mais vous lui fixez des limites sans accorder trop d’attention à son comportement. 

Motivation

Parfois, vous devez un peu motiver votre enfant pour qu’il découvre de nouvelles choses, car cela peut être effrayant. Laissez-lui un peu d’espace. Ou impliquez-le dans la préparation du repas. N’hésitez pas à écraser les aliments de temps en temps. Le fait de manger avec les doigts motive également les enfants. En effet, les nouveaux aliments ne se découvrent pas uniquement avec la bouche, mais aussi avec les yeux, les mains, le nez… Des couverts adaptés à l’âge de votre enfant, avec lesquels il peut lui-même couper ses aliments, lui procureront un sentiment d’autonomie et de contrôle. Vous pouvez aussi le faire jouer à la dinette avec quelques légumes, par exemple. Bref, laissez libre cours à votre créativité.

Confiance en soi

Il vous faudra faire preuve de patience car, avec cette approche, les choses prennent parfois plus de temps et votre enfant risque de gâcher beaucoup de nourriture. Mais c’est justement grâce à cette liberté qu’il acquiert la confiance nécessaire pour progresser vers l’autonomie. Chaque petite victoire est une confirmation et lui permet de grandir. Ceci dit, évitez d’accorder trop de liberté en cédant. Un enfant a besoin de limites. En effet, celles-ci  clarifient les choses et lui procurent un sentiment de sécurité. Les adultes ont également un rôle d’exemple : si vous mangez avec plaisir, si vous félicitez le cuistot, si vous profitez de ce moment de partage, cela sera probablement la meilleure motivation pour votre enfant d’être là et de faire comme vous.