2

L’accent circonflexe

La règle

Il s'agit sans doute de la nouvelle règle qui se fait le plus remarquer visuellement : tous les accents circonflexes disparaissent à présent des « u » et des « i » !

NB : aucune des rectifications orthographiques ne concerne les noms propres,
ceux-ci gardent toujours leur orthographe traditionnelle.

Exemples

Avant   Maintenant
Il plaît, il paraît, il connaît  Il plait, il parait, il connait
Une île  Une ile
Un maître  Un maitre
Une brûlure Une brulure
Un bûcheron  Un bucheron

Remarques

1. L’accent circonflexe est cependant conservé sur le « i » ou le « u » lorsqu’il permet de différencier deux mots, afin d’éviter l'ambigüité. Cette exception ne touche que cinq mots : « dû », « mûr », « sûr », « jeûne » et les formes conjuguées de « croitre » pouvant prêter à confusion avec le verbe « croire » (telles que « il croît »). Sont également conservées les formes des 1re et 2e personne du pluriel du passé simple (« nous vîmes », « vous vîtes », « nous lûmes », « vous lûtes ») ainsi que la 3e personne du subjonctif imparfait (« qu’il vît », « qu’il lût »).

2. Les accents circonflexes ne sont en aucun cas supprimés des voyelles « a », « o », et « e ».
Pourquoi les enlever des « i » et des « u » et non des autres voyelles ? Surmontant un « a », un « e » ou un « o », l'accent circonflexe peut indiquer une différence phonétique. Il y a, par exemple, une différence entre dire « matin » et « mâtin », « côte » et « cote », « mêler » et « mélange »,… En revanche, au-dessus de « i » et de « u », l’accent circonflexe n’a jamais cette utilité.


L’intérêt

1. Certaines personnes ont critiqué cette règle, pensant que les accents circonflexes sur les « i » et les « u » permettaient de rappeler la disparition d’une consonne présente dans l’étymologie du mot. Or cet emploi a en réalité toujours été arbitraire. Par exemple, le latin « mustum ardens » a donné le mot « moutarde » (sans accent circonflexe) tandis que « moût », dérivé du même mot latin, en porte un. La disparition d’un « s » a donc amené à écrire un accent circonflexe dans certains mots et pas dans d’autres. Faire disparaitre les accents circonflexes permet dès lors d’uniformiser l’orthographe des mots qui portaient un accent circonflexe, qu’il ait une signification étymologique ou qu’il n’en ait pas.

2. Cette règle permet également de supprimer certaines incohérences au sein d’une même famille de mots.

Par exemple, selon l’orthographe traditionnelle, il fallait écrire « assurément » sans accent mais « sûrement » avec un accent ; ou encore « frais » mais « fraîche ». Ces familles de mots apparentés sont donc à présent unifiées.