2

Le tréma

La règle

Le tréma surmonte une voyelle pour indiquer que celle-ci se prononce de manière séparée de la/des voyelle(s) juxtaposée(s). Par exemple, dans « maïs » ou « héroïne », le tréma sur le « i » indique qu’il faut le prononcer « i » et non comme élément du son « ai » ou « oi ». Désormais, il faut également écrire le tréma sur le « u » effectivement prononcé, ce qui donne naissance aux suites « güe » et « güi » (anciennement « guë » et « guï »

NB : aucune des rectifications orthographiques ne concerne les noms propres, ceux-ci gardent toujours leur orthographe traditionnelle.

Exemple

Avant Maintenant
Aiguë   Aigüe
Exiguë  Exigüe  
Ambiguïté Ambigüité

L’intérêt

Concernant la terminaison « -üe », la présence du tréma sur la voyelle « u » effectivement prononcée, et non plus sur la voyelle muette « e », évite les difficultés de lecture. Cette nouvelle règle instaure également plus de cohérence: c’est à présent à chaque fois la lettre à prononcer qui est surmontée d’un tréma.